Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de reve-de-lune1982

 

Le-Gave-a-Betharram.JPG

14 août 2012 La forêt, au bord du gave, est déserte et fraîche. Au détour du chemin je tombe nez à nez avec un couple d'adolescents gringalets, lourdement chargés. : Sac à dos et mains encombrées d'une tente de camping et de sacs de couchage. Ainsi lestés j'espère que leur destination est proche ! Juste un signe de tête, sans parole et sans sourire, ils s'éloignent vers Lourdes.

La recherche des balises toujours aussi absentes me met les nerfs à vif.

St-Pe-de-Bigorre.JPGEnfin, J'arrive à Saint Pé, et dans la chaleur revenue, me perds dans le dédale des rues. Sur la place du marché un homme, plus de première jeunesse et assez laid, à qui je demande mon chemin, fait le beau et veut absolument m'accompagner en voiture jusqu'à Lestelle ! Il ne comprend pas que je ne veuille pas de ses services. Il pense peut-être que son charme va opérer et qu'il aura droit à une petite gâterie ! Je le quitte gentiment et le laisse à ses illusions.

Quelques commerces m'invitent à une pause. Avec l'achat d'un sandwich on m'offre la bonne direction ! A la sortie de la ville, je m'installe sur un banc, devant un boulodrome désert et « cradingue ». Derrière moi, dans un lotissement surélevé, une femme chantonne en travaillant dans son jardin.

Avant de partir j'ose l'interrompre :

- Suis-je bien dans la direction de Lestelle ?

- Oui, oui, vous y êtes. C'est bien là. Mais ne vous trompez pas après dans les embranchements, il faudra ceci, cela, et encore ceci, et encore cela,,,,,

Elle m'abreuve d'explications et j'ai du mal à l'arrêter pour lui dire que j'ai compris et qu'il me faut partir ! Au milieu d'un silence je peux enfin lui lancer :

- Merci Madame, et bonne journée.

Ouf, je repars sous la chaleur. Une heure plus tard, un peu avant les grottes, je passe devant un camping où est installé un bar à frites. Hum ! Cela me donne l'eau à la bouche. Une soudaine envie de frites monte jusqu'à mon cerveau fatiguée. Ouais ! Allez je vais m'en commander une barquette et un thé glacé.

Pendant que j'attends ma commande, un homme, assis devant une table de pique-nique, me fait signe. Il a un sac à dos. Pas besoin d'être devin pour comprendre que c'est un pèlerin. J'avais perdu l'habitude d'en voir ! Jacques m'invite à sa table. Nous mangeons nos frites de concert. C'est effectivement un pèlerin qui fait un bout du chemin : Lourdes Oloron Somport et retour par Pampelune. Jacques parle beaucoup et je connais déjà pas mal de choses sur lui lorsque nous repartons dans la chaleur !

Le Gave à Bétharram3

A Lestelle, il est plus d'une heure, les rues sont désertes et l'église fermée. Sur la place, nous sympathisons avec un jeune couple belge, Nicolas et Violaine qui remontent également sur Assom. Ils ont réservé chez un particulier. Ils galopent comme des chèvres, et nous sèment rapidement. A l'ombre d'arbres séculaires, nous grimpons par le calvaire. cimetiere-pretres-Lestelle-Betarram-14.08.12-13.41.jpgUne petite route sous le soleil prend le relais. Jacques n'a plus d'eau. Il repère une villa avec une coquille. Il sonne . Un homme nous fait entrer dans la cuisine fraîche et sombre où deux femmes sont assises dans l'ombre rafraîchissante de la maison aux volets fermés. l'homme nous offre à boire et nous remplit nos bouteilles d'eau fraîche. Nous restons à discuter profitant de cet instant de fraîcheur pour nous reposer. Une bouffée de chaleur nous saisit à la sortie de la maison.

Petites routes ou sentiers blancs en montagnes russes se succèdent jusqu'à Assom. Avec Jacques, nous avons entamé, depuis le début de notre rencontre, une discussion sur les bienfaits ou non du bio, des engrais et autres ingrédients dispensables ! Je suis pour le bio ou le naturel et Jacques pour les engrais. Nous essayons de nous persuader l'un l'autre de la vérité de notre point de vue !

Au presbytère, nos jeunes belges nous attendent ! Ils auraient dû faire quatre kms de plus pour se rendre à leur hébergement, quatre kms en dehors du trajet. Ils ont préféré s'arrêter au village 

Le refuge d'Assom est sympa : une pièce pour quatre personnes avec coin cuisine et coin douches-toilettes. Le courant passe bien entre les belges et nous et les décisions sont vites prises : deux lits pour les vieux, deux matelas par terre pour les jeunes ! Et repas en commun au bistrot du coin. 

Le seul inconvénient de ce refuge est sa propension à garder la chaleur. Je me retourne toute la nuit baignant dans mon jus malgré les fenêtres et la porte ouverte.

Le matin, les jeunes partent sans déjeuner. Je reste avec Jacques. Nous apprécions tous les deux ce repas du matin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

les-illusions-sont-des-truites 17/02/2014 19:38

Contente de lire la suite de l'aventure... à suivre bien vite!

reve-de-lune1982 17/02/2014 20:32



oui, je ne suis pas très rapide en ce moment ! 



Hébergé par Overblog